Ganioz Project Space (GPS)

Ganioz Project Space (GPS)
Le Manoir de la Ville de Martigny présente un nouvel espace dans ses murs: le Ganioz Project Space (GPS).  [+ LIRE LA SUITE]
Se développant sur les deux salles du rez-de-chaussée, cette initiative s'inscrit dans la mission constante de soutien aux jeunes artistes et contribue à la démarche d'ouverture de l'institution à la scène artistique émergente. À travers des expositions courtes et des évènements ponctuels, ce concept amènera un dynamisme et un élargissement de l'offre culturelle au Manoir, invitant également le public à la découverte de nouveaux champs exploratoires dans le domaine de l'art contemporain.
Le Ganioz Project Space (GPS) est le lauréat de la Bourse ArtPro pour structures et projets expérimentaux 2015 du Canton du Valais.  [+ LIRE LA SUITE]
Cette distinction permettra de poursuivre le dynamisme et l’élargissement de l’offre culturelle dans le domaine de l’art contemporain au Valais.
 
Voir les expositions passées :  2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015
 
 

Pauline Richon, Paysages : GPS OFF – La Montée aux drapeaux, Château de la Bâtiaz

 

Exposition du 6 juin au 27 octobre 2019, tous les jours.

Vernissage le jeudi 6 juin 2019 à 18h30 en présence de l’artiste. Départ du Baladeur à 18h30 devant le Manoir, apéritif au Château et retour en Baladeur à 20h30.

 

Du 6 juin au 27 octobre 2019, le Ganioz Project Space (GPS) OFF présente Paysages, une proposition visuelle pour la montée aux drapeaux du Château de la Bâtiaz réalisée par Pauline Richon.

 

Pauline Richon,
extrait de la
série Paysages, 2019,
impression
numérique
sur polyester,
300 x 100 cm

Pauline Richon : une artiste multimédia

 

La démarche artistique de Pauline Richon est protéiforme. Guidée par sa soif d’expérimentation, elle marie les médiums en interrogeant le processus propre à chaque discipline, la photographie restant son domaine de prédilection.

 

Le lieu comme inspiration première

 

Le lieu en tant qu’espace de vie constitue souvent le point de départ des travaux de Pauline Richon. Pour la série Paysages dans le cadre du GPS OFF, elle ne fait pas exception, questionnant la relation que nous entretenons avec notre environnement. En s’inspirant de l’histoire du Château de la Bâtiaz et de ses propres souvenirs liés à ce lieu, Pauline Richon utilise un processus de construction, fragmentation et reconstruction pour produire les images figurant sur les quatre drapeaux.

 

Pâte à modeler et photographie

 

À l’aide de pâte à modeler colorée qu’elle réalise elle-même, elle reproduit ce magma d’images et de sensations liées au Château afin d’émettre des propositions graphiques entrant ainsi en résonance avec le paysage. Des compositions aléatoires brutes se forment alors, et deviennent des étapes de cette transformation, immortalisées par le geste photographique. L’instant du cadrage témoigne également de la part de hasard inhérente à ce processus, et révèle le principe de sérendipité.

 

Choix des drapeaux et de leur emplacement

 

De la série d’images récoltées, le choix définitif pour les quatre drapeaux s’est fait en fonction de la manière dont ils pourraient dialoguer, individuellement et ensemble, avec leur environnement : l’ordre de l’implantation de ces quatre images sur le chemin menant au Château retrace leur processus de création. « Comme on jetterait des pâquerettes dans le ruisseau pour voir comment elles flottent, j’ai étendu des couleurs sur des drapeaux pour voir comment elles volent », explique l’artiste.

 

 

 

Née en 1982 à Genève, Pauline Richon grandit en Valais, où elle pratique abondamment le snowboard, l’escalade et l’alpinisme, avant de quitter les montagnes pour étudier le cinéma à l’INSAS de Bruxelles. Passionnée de photographie, elle se familiarise avec les techniques de prises de vue, d’éclairage et de narration, et travaille pendant plusieurs années sur les tournages de cinéma de fiction en tant que directrice de la photographie et assistante caméra. C’est son désir d’expérimentation et de nouveauté qui la mène à suivre des formations en arts plastiques et en danse contemporaine. Les travaux qu’elle réalise aujourd’hui prennent des formes diverses : installations, performances, textes. En parallèle à son activité artistique, elle donne des ateliers de dessin, de photographie et de cinéma en Belgique et en Suisse. → www.paulinerichon.net